Chargement en cours...
Bienvenue sur Inkrédible !

Découvre tout un univers d'articles, d'événements et jeux divertissants basés sur le jeu virtuel en ligne WoozWorld !



La revue Newton

La Revue Newton 6 | Les vents à la découverte du souffle de la nature !

Publié le 4/10/18 par Incompréhensible


«L’univers scientifique est vaste, de la création du monde, aux découvertes de l’Homme qui ne font qu’évoluer ! Je vais vous dévoiler les plus grands mystères de la vie, comme les histoires scientifiques, les faits, les aliens, les animaux étranges, ou encore d’autres choses naturelles que la vie nous cache. La vie est un mystère que personne ne peut être sûr d’avoir la réponse.»


La feuille d’automne emportée par le vent… reprenons notre sérieux  ! Typhon, tempête, cyclone, des vents à plus de 250 KM/H responsable de nombreux dégâts dans le monde, comment se déplacent-t-ils ? Entrons dans un monde impétueux !

1 : Définition est explications du VENT !

Le vent est l’effet du rééquilibrage des pressions dans l’atmosphère par déplacement des masses d’air. Une mécanique sophistiquée. Pour faire simple nous disons  » déplacement de l’atmosphère contenant du gaz,azote.. ».

2 : Les vents régionaux 

2.1 «Qu’est ce qu’un vent régional ?»

La direction et la vitesse du vent sont majoritairement imposées par les anticyclones et les dépressions. Dans l’hémisphère nord, le vent souffle dans le sens inverse des aiguilles d’une montre autour d’une dépression et dans le sens des aiguilles d’une montre autour d’un anticyclone. Sa vitesse est proportionnelle à l’écart de pression entre deux points (on parle de « gradient » de pression). Cependant, le relief présent sur une zone donnée va canaliser l’écoulement d’air dans cette région. Des vents apparaîtront ainsi plus fréquemment dans certaines contrées et seront plus soutenus: il s’agit des vents régionaux. Ils deviennent alors de véritables acteurs du climat local.

Certaines dénominations régionales du vent coïncident en réalité avec un vent de grande échelle. Par exemple, la bise est une appellation régionale courante du vent froid de secteur nord à nord-est et assez sec dans les régions du centre et l’Est de la France ainsi qu’en Suisse, soufflant surtout sur les contrées d’altitude. Par exemple la bise souffle ( En Alsace, en Franche-Comté ).

2.2 Quelques vents régionaux et leurs explications.

Le Mistral

Le mistral est un vent régional froid (surtout en température ressentie) et généralement sec, soufflant le jour à une vitesse moyenne de 50km/h avec des rafales supérieures à 100km/h. Il parcourt la basse vallée du Rhône et la Provence et envahit le littoral méditerranéen à partir de la Camargue.
De secteur nord dans la vallée du Rhône, la direction du mistral devient de nord-ouest en région marseillaise, et d’ouest sur la côte varoise et la Corse.
Ce vent régional, souvent plus fort en hiver et au printemps, peut durer plusieurs jours, voire plus d’une semaine.

 

La Tramontane

La tramontane est un vent violent et froid, de secteur ouest à nord-ouest parcourant les contreforts des Pyrénées et les monts du sud du Massif central.
Ce vent régional présente des similitudes avec le mistral : il peut se lever en toute saison mais avec plus de vigueur en hiver et au printemps, et souffle par rafales pouvant dépasser 100km/h.

La tramontane se forme également lors du déplacement vers l’est d’une perturbation circulant au-dessus de la Méditerranée occidentale.

 

Le Marin

 Le vent de sud-est souffle sur toute la zone littorale méditerranéenne. Il est généralement fort et régulier, parfois violent et turbulent sur le relief, très humide, doux et amène le plus souvent des précipitations abondantes. Il est plus fréquent au printemps et en automne.
Il se charge d’humidité lors de son parcours au dessus de la Méditerranée. Il va ensuite la restituer sous forme de grisaille (nuages bas, brume, brouillards) et de pluies, sur les hauteurs qui bordent la mer : les versants sud-est de la Montagne Noire, les Corbières, les contreforts des Cévennes et les premières hauteurs provençales.Le marin est lié à la présence d’un centre dépressionnaire sur la Méditerranée occidentale (Baléares, Golfe du Lion) ou vers la péninsule ibérique et d’un anticyclone vers les Alpes ou l’Europe Centrale. Le relief va ensuite canaliser ce vent, en lui faisant longer les côtes varoises et le renforcer de l’embouchure du Rhône au Languedoc-Roussillon.

3 : Les vents violents et tempêtes

3.1 Définition d’une Rafale 

Une rafale est une brusque augmentation du vent instantané, dépassant le vent moyen de plus de 10 nœuds (18 km/h). Lors d’une rafale, la direction du vent peut également varier, tournant quelquefois de plus de 45° par rapport à celle du vent moyen. Les rafales sont d’autant plus vigoureuses que l’air est instable (orages ou giboulées), le vent moyen est fort ou l’écoulement de l’air est perturbé par le relief (ou les constructions urbaines).

3.2 Formation d’une tempête

Une tempête est toujours liée au creusement d’une dépression atmosphérique près du sol. Cependant toutes les dépressions ne produisent pas une tempête. L’évolution d’une dépression en tempête dépend surtout de la structure de l’atmosphère en altitude, en particulier de l’état du courant-jet.

À nos latitudes, la position d’une dépression naissante par rapport au courant-jet ainsi que la structure de celui-ci conditionnent la formation d’une tempête. Une dépression évoluera d’autant plus facilement en tempête que les vents du courant-jet sont forts et que ces vents sont soumis à des variations importantes (accélérations, décélérations, changements de direction). La dépression se creuse en se rapprochant des extrémités du courant-jet et perd au contraire de son activité en s’en éloignant de celui-ci.

 Schéma représentant les deux courant jets. 

Le courant-jet est un « tube de vent » très fort d’ouest, de 2 à 3 kilomètres d’épaisseur et de plusieurs milliers de km de long ; il est situé entre 8 et 12 km d’altitude (au sommet de la troposphère), selon la saison, et selon qu’il se situe plus près des pôles ou au contraire vers les tropiques.

 

 

3.3 Les origines de vents violents

Les vents les plus forts ne sont pas toujours observés au passage de tempêtes.

– Les orages sont à l’origine de vents forts et brefs (quelques minutes) sur une zone restreinte (quelques kilomètres carrés). Les cumulonimbus, nuages caractéristiques de l’orage, animés par des mouvements verticaux puissants, créent des rafales de direction imprévisible.

– En montagne, le passage du vent sur les sommets peut créer de violentes rafales sous le vent, en contrebas.

– Les trombes et tornades génèrent également des vents très forts. Ces phénomènes tourbillonnaires sont liés aux cumulonimbus, les nuages d’orages. Leur durée de vie n’excède pas une heure, mais plusieurs phénomènes peuvent se succéder.

– Enfin, dans les régions tropicales, les vents forts sont générés par des phénomènes cycloniques.

 

NEWTON RÉPOND A VOS QUESTIONS !

 

Cela me décoiffe ! J’espère qu’à vous aussi ! Merci d’avoir été encore fidèle, on se retrouve dans 15 jours !

 

Votre rédacteur aéré Incompréhensible.

 




Commentaires

-Lopicou :

Bah moi la science…

7 octobre 2018 à 15 h 18 min

Laisser un commentaire

Tapez votre pseudonyme WoozWorld. Vous pouvez garder l'anonymat en laissant ce champ vide.

Les champs suivis du signe * sont des champs obligatoires